Réalisation d'un clip: De Rêve et de Musique

11 jeunes se réunissent durant les vacances de la Toussaint pour faire un clip. Jusque-là rien d’extraordinaire. Mais sur ces 11 jeunes, aucun n’est musicien, ni chanteur, ni cinéaste… Tout de suite ça se complique.

Pendant une semaine, accompagné d’un musicien, d’un artiste graffeur et d’un animateur, nous avons passé notre temps à réfléchir, nous interroger, expérimenter, recommencer… Car c’était une première pour tout le monde !

Le premier jour, nous l’avons passé tous ensemble à délimiter le cadre de notre clip, pour lui donner de la cohérence et de la consistance. Nous ne voulions pas juste faire un clip pour la musique ou pour la danse, nous voulions dire quelque chose, nous exprimer. Ce fut un travail difficile car il est bien compliqué de trouver une idée qui permettent à 11 personnes de s’exprimer tout en conservant nos différences et nos passions.

Finalement une idée a fait consensus : l’histoire de 11 jeunes issus de la même classe et qui, bercés par le ronron du professeur, s’endorment tous en même et se rencontrent en rêve. Ainsi, par petit groupe, nous avons travaillé les différentes parties du rêve en fonction des passions de chacun. Un groupe autour du BMX, un groupe autour du graff’, et un groupe autour de la danse. Mais plus qu’une simple démonstration des talents de chacun, il fallait que leur passion se transforme en « réalité »… dans un rêve c’est paradoxal ! Les danseuses deviennent des danseuses étoiles, les BMXeurs deviennent des héros de comics qui se servent de leurs vélos comme d’une arme pour combattre le mal, et enfin les graffeurs qui défient les règles et l’autorité (représenté par un policier, joué par le même jeune qui incarnait le professeur) pour colorer les murs gris et enchanter leur monde.

Une fois cela établi, il a fallu transformer ses histoires en paroles de chansons. Petit à petit, vers par vers, paragraphe par paragraphe, les jeunes, accompagnés des intervenants, sont parvenus à coucher sur papier leurs idées. Une petite mise en page par le musicien, et direction le studio d’enregistrement. C’est par petit groupe de 3-4 que chaque partie a été chantée. Il suffisait de tourner ensuite les différentes scènes imaginé pour l’occasion.

A la fin de la semaine, un artiste photographe à fait le montage pour valoriser une semaine de travail.

Ce clip a été diffusé pour la première fois lors d’une rencontre mensuelle des jeunes du territoire (les Nooba Night). Et de l’avis général, il est bien meilleur que ce à quoi les jeunes s’attendaient lors de la création !

 

Cette session a été mise en place pour permettre à des jeunes de prendre la parole. Le clip est un moyen pour eux de faire passer un message, celui qu’ils ont souhaité, et de le transmettre. Ce fut une semaine d’échange, de partage, et d’apprentissage. Le travail en équipe nécessite une écoute de l’autre, un sens du compromis, un travail sur la frustration car tout ce qu’on veut ne peut être systématiquement fait.

 

Mais c’est également une fenêtre que les jeunes ouvrent pour eux-mêmes et pour les autres sur l’art (la musique, le cinéma), vecteur d’épanouissement et de réalisation de soi. Ce projet a été une première étape vers une série d’autres projets pour ces jeunes et pour d’autres, tous ces projets tendent vers les mêmes objectifs : la découverte, l’épanouissement, le respect.

Clip De Rêve et de Musique par les jeunes de Nooba

Paroles De Rêve et de Musique

Il parait qu’on dégrade, que notre style est bien bien crade,

Tagger les murs c’est pas légal même si ça chasse la grisaille

On graff urbain ou rural, tout ce qu’on a dans le bocal

Ca fait naitre du scandale, on nous prend pour des vandales.

 

Hey vous là-haut, bande de petits délinquants,

Je vous prends la main dans le sac et vous embarque dès maintenant !

 

Oh non, j’ai perdu mes bonbons

On se sépare les gars, rendez-vous au terrain !

 

Mais pour qui y s’prend, ce pauvre clown s’est cru au cirque

On va lui mettre des coups d’boules, et l’détendre à grand coup de trique.

Le clown se sent bien prêt à bouffer du Bisounours,

Allez venez tous ensemble, bande d’attardés de nounours.

 

STOP !

Sois gentil, pas méchant, c’est pas gentil d’être méchant

C’est plus sympa d’être gentil, et moins méchant d’être sympa.

Pourquoi le sang, la douleur et la peine ?

Pourquoi la mort, les larmes et la guerre ?

Les peuples se tuent, se divisent et se détestent,

Ils se crachent dessus sans même voir que ce sont des frères.

Les Si-Si-Silver Star viennent remettre les choses au clair

On est tous égaux ! Petits, grands, faibles, forts mais fiers !

Tu te caches lâche, derrière toutes tes pancartes,

Mais quand t’es seul à faire face tu la fermes et tu t’casses.

Je rêve encore d’un monde, sans haine et sans misère

Où les humains profitent enfin, de la vie sur terre !

Paroles Une Semaine à Nooba

On est venu, à Nooba, pour être ensemble

Pour s’amuser, et découvrir, mais toujours en bande

On s’est tous installé, s’regarder en chien de faïence.

On s’est tous installé, et on a fait connaissance.

 

Ensemble ou en groupe, on a échangé,

Des idées des avis, des plaisanteries.

On a travaillé en petits ateliers,

Et au basket on a décompressé.

 

On s’est creusé les méninges, pour faire un pur clip,

On s’est rendu compte qu’on allait en baver du slip.

Tous les matins, crevant le brouillard, dans les voitures entassées,

On est venu pour jouer des stars, des héros, des clowns enragés.

 

Effrayé par le micro qu’on nous tendait,

On s’est donné à fond pour la musique dont on rêvait.

Face au trac, aucun ne craque,

Car personne ne lâche, se fâche ou se cache.

 

Heure après heure, jours après jours,

Notre clip ressemble à quelque chose.

Au fil du temps, on a appris,

A bosser en osmose.

 

Les traits tirés, les poches sous les yeux.

On a déchiré en faisant de notre mieux.

On l’a fait les gars, on a fait ça !

Et quoiqu’on fasse maintenant notre chanson survivra !

03.83.53.57.83

5, rue Etienne Olry. 54170 Allain

kisspng-facebook-messenger-logo-icon-fac
kisspng-youtube-red-logo-computer-icons-